Pierre Rémond de Montmort

De Aux Bons Mots
Aller à la navigationAller à la recherche

Pierre Rémond de Montmort

(1678-1719)

Rémond de Montmort fut, avec le Marquis de L'Hospital, le manipulateur le plus original des nouveaux calculs. Il en étendit l'application au jeu de hasard, soutint le malebranchisme en physique contre les newtoniens et les leibniziens, défendit la personne de Malebranche avec force contre les insinuations de Bernoulli, et recueillit dans ses lettres une multitude de données biographiques et polémiques qui contribue à la richesse documentaire du t. XIX.

Il fut formé dans le malebranchiste. De Malebranche, il tient ses vues philosophiques, dont l'inspiration ressort dans ses écrits. « C'était de M. Carré et de M. Guisnée qu'il avait appris les premiers éléments de géométrie et d'algèbre, et rien de plus », écrit Fontenelle.

Malebranche allait en vacances chez lui à Mareuil, lui rendait visite à Paris, et Mont-mort vient fréquemment à l'Oratoire ou le rencontre à l'Académie.

Jeux de hasards

On pourra remarquer que tous les différents Jeux de dés qu'on examine dans cette troisième Partie, donnent du désavantage à celui qui tient le dé, au lieu que dans les jeux de cartes tels que le Pharaon, la Bassette, le Lansquenet, le Treize, celui qui tient les cartes a un avantage considérable.

jeu de dés

Il est à croire que ceux qui ont inventé ces Jeux n'ont point prétendu les rendre entièrement égaux, ou, ce qui parait plus vraisemblable, qu'ils n'en ont point assez connu la nature pour en bien distribuer les hasards. Dans la plupart les conditions sont si inégales pour les Joueurs, qu'on ferait bien fondé à soutenir qu'on ne peut y gagner avec justice, comme sans doute on ne peut y perdre sans être dupe.

Quoique dans ce Traité j'ai beaucoup plus en vue le plaisir des Géomètres que l'utilité des Joueurs, et que selon nous ceux qui perdent leur temps au Jeu méritent bien d'y perdre leur argent, je n'ai point négligé en découvrant l'avantage ou le désavantage des Joueurs, de faire remarquer de quelle manière il faudrait reformer les Jeux pour les rendre parfaitement égaux.

Dans la quatrième Partie je donne la solution des cinq Problèmes proposés par Mr Hugens, et j'en ajoute plusieurs autres, dont quelques-uns paraitront curieux et peut-être assez difficiles. Je la termine en proposant, à l'imitation de M. Hugens, quatre Problèmes assez singuliers. Mais je crois devoir avertir les Géomètres qui auraient la curiosité d'en tenter la solution, qu'ils n'y trouveront pas moins de difficulté que dans les plus difficiles Problèmes de calcul intégral. Ceux qui ne regarderaient ces questions que comme des Problèmes d'Arithmétique, reconnaitront que si elles supposent moins de connaissance en Géométrie, elles demandent peut-être plus d'adresse, et certainement beaucoup plus d'exactitude et de circonspection.

de Montmort.

Références et sources

  • Essai d'analyse sur les jeux de hazards - Pierre Rémond de Montmort - Chez Claude Jombert ... et Jacque Quillau, 1714
  • Œuvres de Fontenelle, Volume 1, Bernard Le Bouyer de Fontenelle, Salmon, 1829